FANDOM


 
Gametitle-FO76
Gametitle-FO76

Interview de Sam Blackwell, 2e partie est une holobande dans Fallout 76.

EmplacementModifier

L'holobande se trouve dans le bureau de Quinn Carter, au Charleston Herald, dans un carton éventré sur le sol, à côté du coffre-fort et de l'holobande Interview de Sam Blackwell, 1re partie.

TranscriptionModifier

Transcript

Quinn Carter : Des Forces Obscures ? La fin est proche ? Sénateur, vos accusations sont sérieuses. Avez-vous des preuves de ce que vous avancez ?

Sam Blackwell : Je n'ai pas été gagné par une fièvre complotiste, si c'est ce que vous insinuez, Mme Carter. J'ai reçu ces informations de sources sures, absolument.

Quinn Carter : Et je dois vous croire sur parole ?

Sam Blackwell : Vous n'avez pas d'autre choix, Mme Carter. J'essaye de sauver des vies, pas de mettre des gens en danger en dévoilant mes sources.

Quinn Carter : Sénateur, loin de moi l'idée d'être impolie. Mais on pourrait croire que vous essayez de semer la panique, et cela, sans preuves tangibles. Je ne souhaite pas être impliquée dans une telle entreprise. On m'a également confié que vous aviez plusieurs fois rendu visite à un certain neurologue de Charleston... Apparemment, il...

Sam Blackwell : Ma santé n'a rien à voir là-dedans, Mme Carter ! Je vous parle de vies humaines ! L'exécutif, les capitaines d'industries, le ministère de l'agriculture ! J'ai ouvert une porte sur leur monde, et ils ont menacé de tuer ma fille ! De me tuer, moi ! Nous ne sommes que des pions ! Et le seul moyen de survivre, c'est de quitter la partie. Tout ce que je demande, c'est que vous transmettiez ce message.*soupir*

Quinn Carter : ... Oh, euh... Loin de moi l'idée de vous vexer, mais comprenez un peu ma position.

Sam Blackwell : Je... Je comprends tout à fait. Il s'agit d'un sujet sensible, voilà tout.

Quinn Carter : Acceptez-vous que je vous pose une dernière question ?

Sam Blackwell : Si elle me permet de faire passer mon message, je vous en prie.

Quinn Carter : Vous n'avez pas démissionné de votre poste, Sénateur. Comptez-vous le faire ?

Sam Blackwell : Oui. Considérez cette interview comme ma démission officielle. Diffusez l'information, Mme Carter. Tout ce que je demande, c'est que mon avertissement soit aussi entendu... Rien d'autre À présent, veuillez m'excuser, mais ma fille et moi avons beaucoup à faire. Après tout, nous ne pouvons plus compter que sur nous-mêmes.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .