L'Abri
Advertisement
L'Abri
3 648
pages
Mbox cleanup.png
Cet article nécessite d'être relu
Afin d'éviter toutes fautes d'orthographe, de coquilles, de phrases "google tradifiées" ou de respect des standards, un second passage sur cet article par un administrateur est nécessaire.

 
Gametitle-FNV HH.png
Gametitle-FNV HH.png

Les Dead Horses sont une tribu vivant à Zion, ainsi qu'à Dead Horse Point en 2281.

Histoire

Selon des recherches néo-cananéennes, les membres de cette tribu seraient les descendants d'un groupe de réfugiés originaire de Rezz, et qui était essentiellement composé de citoyens américains et de quelques touristes européens. Au fil des générations, ces survivants se sont créés une identité propre et ont développé leur propre langue, un mélange d'anglais et de langues parlées par les touristes étrangers de Rezz.[1] En 2281, selon les dires de Suit-la-Craie, une grande partie des membres de la tribu ont quitté le parc d'État de Dead Horse Point, là où ils s'étaient installés après la Grande Guerre, afin de rejoindre Zion.[2]

Les Dead Horses doivent principalement leurs performances et leurs capacités au combat à Joshua Graham qui leur enseigna le maniement des armes à feu, les tactiques de base et l'entretien du matériel d'avant-guerre.[3] Ce dernier les rencontra une première fois, lorsqu'il qu'il était encore Légat, et convainquit les Dead Horses de le suivre et de se battre aux côtés de la Légion. Sa seconde visite eut lieu à son retour de New Canaan, après que Caesar l'eut humilié et condamné à mort au barrage Hoover.[4][5] Après quoi, suite à la destruction de New Canaan par les Jambes blanches, alors aux ordres de Caesar, il décida d'aider les Dead Horses à se protéger et devint leur chef de guerre après avoir montré son utilité face aux Jambes blanches. Il convainquit un large groupe de se rendre à Zion, afin d'aider les Pleureurs.

Société

La tribu est située à Dead Horse Point, à l'est de la Virgin River. Certains de ses membres sont des éclaireurs, qui utilisent des peintures murales ou des pictogrammes dessinés à la craie pour guider les plus inexpérimentés durant leurs patrouilles de reconnaissance, ou pour mener les guerriers vers des terrains de chasse abondants. La chasse est d'ailleurs un élément important de la société des Dead Horses. En effet, la plupart des tatouages des Dead Horses célèbrent des évènements spéciaux liés à cette activité, comme le fait de tuer une bête énorme, ou quand un jeune fait sa première chasse.[6]

Les Dead Horses mènent une vie simple et sont plutôt individualiste. Les décisions collectives concernent essentiellement la vie en tribu, tandis que les décisions sur les conflits extérieurs sont souvent autocratiques. C'est pourquoi, en sa qualité de chef de guerre, Joshua Graham, a la possibilité de diriger entièrement les actions des guerriers en temps de guerre. En revanche, ce dernier n'intervient pas dans les affaires internes de la tribu, pensant qu'il existe des membres bien plus qualifiés que lui dans ce domaine.

À l'exception de Suit-la-Craie, les Dead Horses pensent que certains lieux d'avant-guerre sont hantés par des fantômes en colère. C'est d'ailleurs là la raison pour laquelle les éclaireurs ont pris pour habitude de laisser des marques de mains près de ces zones en signe d'avertissement.[7][8]

Enfin, malgré la rudesse de leur environnement, la majorité de la tribu n'a aucun désir de quitter Zion et partage un devoir de protection envers leur nouveau territoire.

Capacités militaires

Massue traditionnelle des Dead Horses

Même si les Dead Horses sont parfaitement aptes à gérer collectivement leurs capacités offensives et défensives, ces derniers ne possèdent pas vraiment de force armée attitrée. Bien que certains guerriers soient armés et formés au combat, la tribu est principalement composée de chasseurs et d'éclaireurs opérant souvent par deux et pouvant être trouvés partout dans Zion.

À Zion, chaque tribu emploi un armement qui lui est propre. Les Dead Horses sont quant à eux armés de pistolets automatiques .45 ou de massues de guerre ornés de douilles de .45 en l'honneur de Joshua Graham.[9][10] Lorsque le Courrier atteint Zion en 2281, Joshua Graham se dit prêt à mener les Dead Horses dans l'extermination des Jambes blanches, malgré l'opposition de Daniel, qui exprime sa préoccupation pour le sort et la relative innocence des tribus.

Relations avec l'extérieur

La majorité des Dead Horses ne désirent pas explorer les Terres Désolées et préfèrent rester à l'écart des bâtiments d'avant-guerre qu'ils considèrent comme tabous. Lorsque la Légion de Caesar visita Zion pour la première fois avant la première bataille du barrage Hoover, celle-ci prit le contrôle de la tribu par l'intermédiaire de Joshua Graham qui finira par revenir auprès de la tribu, après que Caesar l'ait jeté du haut du barrage Hoover.

Les Dead Horses entretiennent de bonnes relations avec les Pleureurs et sont en conflit avec les Jambes blanches, ces derniers cherchant à exterminer les deux tribus pour se faire reconnaître auprès de Caesar.[11]

La Happy Trails Caravan Company cherche à recréer une route commerciale avec les mormons de New Canaan en passant par Zion. Les Dead Horses entretiennent peu de relations avec ces derniers, hormis avec les quelques missionnaires venus dans le canyon.[12]

Langue

Article principal: Langue des Dead Horses

Les Dead Horses, comme toutes les tribus de Zion, emploient un pidgin à base d'anglais et d'allemand, avec un soupçon de néerlandais. C'est pourquoi, Joshua Graham pense que la langue des Dead Horses serait issue d'une combinaison des langues utilisées par la communauté des réfugiés de Rezz, alors composée de citoyens américains, dont des amérindiens, et de touristes étrangers. Au fil des générations, et probablement dans un soucis de communication, ces diverses langues se seraient mélangées et simplifiées jusqu'à devenir le dialecte tel qu'il est connu en 2281.

Exemples de mots

  • En néerlandais
    • Zoeken => zookuh (chercher)
    • Hoi => hoi (bonjour, salut)
    • Uit mannen => utman (hommes)
  • En allemand
    • Ausländer => owslandr (étranger)
    • Das => dahs (ça, cela)
    • Dir => deer (te, toi)
    • Warum => warum (Pourquoi)
    • Stirb => Shtairb (mourir)
    • Tot => toht (mort)
    • Scheiße => Shaiss (merde)

Exemples de phrases

  • Goot. – Bien, bon (jour).
  • Yah ah tahg. – Salut, bonjour.
  • Hoi ! – Salut !
  • No tsaig tuh beh dah a hih jih gahni a meer. – Ne pointez pas votre arme sur moi.
  • Stahp dahs pleez. – Arrêtez ça, s'il vous plait.
  • Ah del tahi, bahm buh, ya ? – Des explosifs, des bombes, pas vrai ?
  • A bil he neh fuhr jahd thli gai ! – Un avertissement pour les Jambes blanches !
  • Nih mah sih ! – Grenade !

Fins

Cette section est transcluse depuis Fins de Honest Hearts. Pour effectuer un changement, veuillez éditer la page transcluse.


Notes

  • Lorsque l'on rencontre des membres des Dead Horses dans la vallée de Zion, ces derniers ne se montrent pas hostiles envers les créatures mutées telles que les yao guais ou les geckos verts, et ne sont pas non plus attaqués par ces dernières.
  • Même si le joueur aide les Dead Horses à éradiquer les Jambes blanches et travaille avec Joshua Graham pour terminer Honest Hearts, les Dead Horses pourront se montrer hostiles envers le joueur a retour de ce dernier à Zion. On ignore s'il s'agit là d'un bug ou non.
  • Selon Joshua, l'arme emblématique de la tribu est la massue de guerre.

Apparition(s)

Les Dead Horses apparaissent uniquement dans l'extension Honest Hearts de Fallout: New Vegas.

Références

  1. Le Courrier : Est-ce qu'ils parlent... notre langue ?
    Joshua Graham : Pour la plupart, non. Il s'est écoulé plusieurs siècles depuis la guerre. Ils ont développé leurs propres langages. Prenez les Dead Horses. On pense qu'il s'agit au départ de réfugiés d'un endroit appelé "Rezz", à l'est du Grand Canyon. Ils parlent un mélange de Rezz et d'une langue parlée par des gens visitant Rezz quand les bombes sont tombées. Au fil du temps... J'ai été interprète, il y a quelques années, mais il est assez difficile de s'y retrouver entre toutes les variantes tribales.
  2. Le Courrier : Parle-moi de ta tribu.
    Suit-la-Craie : Nous venons du pays de Dead Horse, mais je ne sais pas pourquoi les gens d'Avant l'appelaient comme ça. On a pillé, on s'est battus... on a perdu. Nos ennemis nous ont repoussés jusqu'à Zion et sans Joshua, nous serions morts.
  3. Le Courrier : Il a fait quoi pour vous, Joshua ?
    Suit-la-Craie : Sans Joshua, les Dead Horses seraient encore les souffre-douleur de la vallée de Zion. Il nous a appris à tenir notre territoire, à nous défendre. Il nous a guidés loin de Caesar et montré comment Caesar nous aurait détruits.
  4. Le Courrier : Tu as des souvenirs de Joshua, du temps où il n'était pas encore votre chef ?
    Suit-la-Craie : Pas beaucoup, j'étais très jeune. Il était... différent. Plus fier, mais plus dur, plus cruel, implacable. En fait, il me terrifiait. Comme nous tous. À son retour, j'ai eu du mal à croire que c'était le même homme. Il était moins... orgueilleux. Il voulait protéger au lieu de détruire.
  5. Le Courrier : Attends, et Caesar là-dedans ?
    Suit-la-Craie : La première fois que Joshua est venu, il servait un homme qu'il appelait Caesar. Il menait ses armées et nous étions prêts à le suivre à la guerre. Ensuite, il a perdu face à une tribu appelée Errenntseh, le Peuple du Couchant. À son retour, il était comme tu l'as vu, brûlé, brisé mais transformé. Il nous a éloignés de Caesar et nous a conduits vers notre propre destinée, à Zion.
  6. Le Courrier : C'est quoi, tous ces tatouages ?
    Suit-la-Craie : Les Dead Horses se marquent pour commémorer les chasses. Quand un chasseur tue une bête énorme, quand un jeune fait sa première chasse, il est tatoué.
  7. Le Courrier : Quels endroits tabous ?
    Suit-la-Craie : Il y en a plein dans la vallée. Des endroits construits par les gens d'Avant. Tu sauras en les voyant, les éclaireurs y laissent des marques de mains. Les empreintes sont un avertissement : il y a des fantômes en colère dedans. Mais je n'y crois pas. Ce sont juste de vieux endroits sinistres, hein ?
  8. Suit-la-Craie : Tu vois ces marques ? Les Dead Horses et les Pleureurs les laissent aux endroits tabous, les endroits d'Avant. Tu as de la chance que je n'y croie pas.
  9. Le Courrier : Beaux flingues.
    Joshua Graham : Dans le Grand Bassin et sur le plateau du Colorado, chaque tribu est connue pour employer une arme qui lui est propre. Les Jambes blanches sont réputés pour leurs mitraillettes, les "tambours-tempête". Ils ont pillé un arsenal près de Spanish Fork et s'en servent depuis. Les Dead Horses ont leurs massues de guerre en bois et même les Pleureurs ont leurs gantelets de Yao Guai. Ce pistolet automatique .45 a été conçu par l'un des miens il y a près de 400 ans. Savoir le manier est un rite initiatique chez les Néo-Cananéens.
  10. Le Courrier : C'est quoi, ces douilles de cartouche sur ta massue ?
    Suit-la-Craie : On s'en sert pour décorer nos massues en l'honneur de Joshua Graham. C'était les armes de son ancienne tribu, alors maintenant, ce sont les nôtres. Moi, je ne trouve pas ça très dangereux, mais Joshua dit que ça a permis de "s'emparer de l'ouest.
  11. Le Courrier : Pourquoi est-ce si important de combattre les Jambes blanches ?
    Suit-la-Craie : Ben... parce qu'ils sont nos ennemis. Qu'est-ce qu'on peut faire d'autre ? Ils prennent nos terres, tuent nos éclaireurs, nous volent notre gibier.
  12. Le Courrier : Que sais-tu sur les Néo-Cananéens ?
    Suit-la-Craie : Pas grand-chose. J'ai rencontré des missionnaires, mais je ne suis jamais allé dans leur ville. Joshua pourrait t'en dire plus. Ou Daniel, j'imagine.
Factions de Fallout: New Vegas

Modèle:Navbox Honest Hearts

Advertisement